Berlin Alexanderplatz | 2017- ?

FR- Ce projet est initialement une proposition de Philippe Hunt, traducteur et professeur de littérature et philosophie à l’ARBA en collaboration avec l’Été  78.

Berlin Alexanderplatz, publié en 1929 est la pierre angulaire de la réflexion qui donna lieu à une exposition collective en 2017.

L’oeuvre de Döblin place son (anti)-héros, Franz Biberkopf, dans le Berlin des années 1920, ville symbole de modernité mais violente, ravagée par la pauvreté et le chômage.
La ville, son agitation effrénée faite de passants et de visages est omniprésente

C’est à partir du déterminisme social et en lien avec un travail en amont sur le corps découpé des victimes (Ode à l’interrompu) que ce travail est né. Inspirée par des photographies de police des années 20/30 les «mugshots», la série rend compte de profils en inter-pénétration avec des formes géométriques (plan de ville?). Entre dessin et bas-relief, la série fait sens même sans la lecture du livre.

ENG –This project was initially a proposition by Philippe Hunt, translator, and teacher of literature and philosophy at the ARBA with the gallery Eté 78.

Berlin Alexanderplatz, published in 1920 is the cornerstone of a collective reflexion that gave birth to an exhibition in 2017.
Alfred Döblin’s book places its (anti)hero ,Franz Biberkopf, in the 1920’s Berlin.
A city symbol of modernity but also violence, where unemployment and poverty dictate their law.
The city, its hustle and bustle made of faces crossing its streets, is omnipresent, overwhelming.

From this social determinism, and in dialogue with a previous work on dismembered bodies (ode à l’interrompu), this research gave birth to a serie inspired by mugshots. Criminal (?) profiles are interpenetrating with geometrical forms -could it be the plan of a city ?-.

Between drawing and bas-relief these artworks are making sense even without the reading of the book.