Ode à l’interrompu | 2017

Fr- Ces pastels secs sur papiers colorés composent la série :«Ode à l’interrompu» .
La série est le fruit d’une recherche sur l’ouverture et l’explosion de la représentation du cadavre humain. Hors de toute réflexion théologique ou moralisante, la question du corps en déliquescence se pose tout en respectant les limites de l’éthique.
La ligne cherche à rompre le corps classique et la couleur cherche à achever l’explosion de l’image.
On reconnait ça et là, des codes empruntés aux dessins anatomiques,sans toute fois évoluer dans une science exacte. La science légale est également une piste donnée, que peut nous dire le corps mort?
Il ne s’agit pas d’une célébration de la morbidité, mais d’une recherche vers l’inconnu. La fin est une nécessité de l’existence.